Inauguration du 3e pont d’Abidjan, sillon de l’"émergence" du pays

Le président ivoirien Alassane Ouattara a procédé mardi à Abidjan à l'inauguration du 3e pont de la capitale économique, un ouvrage qui trace les sillons de l'"émergence économique" de ce pays d'Afrique de l'Ouest après deux décennies de crises militaro-politiques.

Le pont porte le nom du principal allié de M. Ouattara lors de la présidentielle de 2010 qui l'a porté au pouvoir, l'ex-président Henri Konan Bédié.

Il est long de 1500 mètres et relie les quartiers de Riviera (nord-est d'Abidjan) et Marcory (sud).

Le pont de deux fois trois voies fait partie d'un ensemble de 6,7 km assorti de deux échangeurs, l'un de forme circulaire, et l'autre de type ultramoderne à trois niveaux "digne des grandes villes américaines", selon l'entreprise française Bouygues qui a réalisé l'ouvrage en 25 mois.

D'un coût global de 270 millions d'euros dont 58 millions alloués par la BAD, chef de file des bailleurs de fonds, l'ensemble de l'ouvrage permet une liaison trans-lagunaire qui va désengorger les deux premiers ponts.

"L'évènement qui nous rassemble aujourd'hui est historique pour les Abidjanais et pour tous les Ivoiriens", a déclaré M. Ouattara devant un parterre de personnalités et des milliers de personnes vues prendre part à la cérémonie d'inauguration du pont.

Après les ponts Felix Houphouët-Boigny (1957) et Charles de Gaulle (1967), "il nous aura fallu 47 ans avant de voir apparaître ce troisième pont, sur la lagune Ebrié, pour relier le nord et le sud d'Abidjan", a-t-il expliqué.

"Aujourd'hui, la Côte d'Ivoire, en phase de reconstruction, n'a mis que trois ans et trois mois, depuis le début des travaux en septembre 2011, pour achever cette passerelle trans-lagunaire, entre les communes de Riviera et de Marcory", a ajouté le président ivoirien.

Le pont est prévu pour accueillir par jour près de 100.000 véhicules dont les utilisateurs devront payer un droit pour rembourser sur une durée de 30 ans le coût du projet.

Pour le ministère des Infrastructures économiques, cet "ouvrage d'art" est le "symbole du redressement spectaculaire" de la Côte d'Ivoire, trois ans après la violente crise post-électorale, et incarne la volonté du président Ouattara d'assurer l'"émergence du pays à l'horizon 2020".

"La Côte d'Ivoire est au travail, notre pays avance et il avance vite", a martelé le président Ouattara avant la découverte de la plaque commémorative, suivie de la coupure du ruban symbolique et une visite guidée sur le nouveau pont en compagnie de M. Bédié.

Source: Abidjan.net

Commentaires