La SICTA (re)précise ses missions dans la reforme du transport

Plusieurs cadres de la Direction générale des transports terrestres et de la circulation (DGTTC) sont réunis depuis mercredi au siège de la Société ivoirienne de contrôles techniques automobiles et industriels (SICTA). Objectif: maîtriser les données des différentes prestations de cette filiale du groupe SGS dans le cadre du vaste plan de réforme des transports impulsé par le ministère de tutelle.

« Ce séminaire vient à point nommé pour balayer tous les obstacles de sorte que le service public soit plus facile et moins stressant », a justifié le DG de la SICTA, M. Ya Emile.

Dans le fond, les prestations de la SICTA n’ont pas varié depuis la mise en route de la réforme. En dehors des visites et contrôles techniques automobiles, activités les plus connues, l’entreprises est chargée de l’identification des véhicules importés d’occasion, de la sécurisation et de la pose des plaques d’immatriculation, et du jaugeage des bacs fixes sur les engins. A cette palette de services s’ajoute le recouvrement de la vignette automobile, mission concédée par l’Etat ivoirien à travers un contrat avec la Direction générale des impôts (DGI) depuis 2012.

Toutefois, la mise en route de la réforme avec la centralisation et l'informatisation des opérations d'enregistrement et de délivrance des titres de transports via le Centre de gestion intégrée (CGI), et de nouvelles directives au Guichet unique automobile, le nom de la SICTA a filtré dans certaines plaintes d’usagers, traduisant la mauvaise connaissances des rôles dévolus à chaque structure intervenant dans le processus.


... Lire la suite sur acturoutes.info

Commentaires