Blolequin: le gouvernement ordonne le démantèlement des barrages

Le gouvernement ivoirien a annoncé mercredi, le démantèlement «définitif de tous les barrages anarchiques» de Blolequin. Cette mesure prise en Conseil des ministres fait suite aux violences qui ont eu lieu dans la localité samedi, après le décès d’un conducteur de moto-taxi, atteint par une balle.

Officiellement, le drame est survenu «lors d’un contrôle de routine à un barrage de sécurité à l’entrée de la ville», comme l’a rappelé le porte-parole du gouvernement, Bruno Koné. Mais des sources locales affirment que la victime a payé de sa vie le refus de s’acquitter d’une taxe journalière de 1000 FCFA exigée par les forces de l’ordre.

En plus du démantèlement des barrages devenus des catalyseurs de la colère des populations, plusieurs autres mesures ont été prises en vue d’un retour définitif de l’ordre dans la ville.

Il s’agit entre autres du maintien du dispositif renforcé de sécurité dans la zone, la conduite d’une opération de ratissage afin de récupérer les armes illégalement détenues dans la zone et l’ouverture dans un bref délai d’un Commissariat de police.

Des enquêtes se poursuivront pour retrouver les auteurs des violences et savoir si l’un des gendarmes lynché à mort est celui qui a tiré le coup mortel contre le motocycliste.

Par ailleurs, il a été décidé «le redéploiement de toutes les autorités préfectorales, le déplacement de tous les gendarmes ayant plus de 4 ans de présence dans la localité». 18 gendarmes sont concernés par ce vent de mutation.

Le porte-parole du gouvernement a éxpliqué qu’il a nécessité d’injecter du «sang neuf» au sein des effectifs militaire et administratif locaux.

«Une adresse à la nation est attendue du Président Ouattara «dans les prochains jours» du fait de «la gravité et la récurrence des évènements de ce type ces derniers mois».

Samedi, les populations en colère avaient incendié les résidences du préfet et du sous-préfet, aisnsi que les locaux de la brigade de gendarmerie. Le bilan officiel de ces événements est de 2 morts dont un gendarme, 14 logements de gendarmes saccagés, plus de 40 motos placés en fourrière à la gendarmerie, emportées.

Commentaires